Aubry à la Réunion

Publié le par AN LEBON

 

Aubry, au service de Fabius

fafa1.JPG

Photo: Le "baron" normand Fabius arrivant au congrès du Mans avec sa garde rapprochée. 


           
Avec les encadrants qui arrivent aux côtés de Martine Aubry à la Réunion pour soutenir Michel Vergoz aux régionales, les socialistes qui connaissent bien les porte-flingues que sont Claude Bartolone (Fabius) et Jean-Christophe Cambadélis (DSK), ne peuvent pas ne pas voir le peu d’autorité de la Première secrétaire de leur parti, malgré les coups de gueule qu’elle lance périodiquement pour influer sur les réalités qui lui échappent. Sans régiments à son propre service, n’ayant jamais vraiment enduré une implantation difficile sur un territoire (Lille est un cadeau de Pierre Mauroy à la fille de Jacques Delors), Martine Aubry entend profiter de l’occasion pour se « payer » la Fédération de la Réunion

            Ces mêmes clans qui la promeuvent tactiquement dans l’Hexagone depuis le dernier congrès, qui l’ont poussée à s’engluer dans le Languedoc-Roussillon (il n’y a pas eu d’acte d’antisémitisme caractérisé de Georges Frêche) et qui entendent « chasser » à la Réunion vont déchanter. Un oui de soutien pour la suite du Premier secrétaire fédéral à Martine Aubry n’aura pas beaucoup de valeur quand on connaît la souplesse dans l’adaptation aux circonstances de Gilbert Annette, – DSK en sait quelque chose ! – et le peu d’intérêt qu’il consent à une bonne application des règles dans les sections du parti. Les socialistes de la base savent aussi que s’il y a un débat permanent sur la place de la morale en politique, ces deux tontons flingueurs ne sont pas les mieux placés pour l’animer avec le sérieux qui convient. Ni pour chercher les thèmes qui s’y rapportent, ni pour trouver des terrains où de tels débats seraient prometteurs pour le PS dans l’opinion.

            Le perdant dans cette visite risque d’être paradoxalement Michel Vergoz qui est ballotté entre les stratégies des uns et des autres et à tous les coups placé entre le marteau et l’enclume, car lui aussi étant sans troupe. Néanmoins, il pourra se consoler sur un point : contrairement à 2004 où sa stratégie offensive de différenciation avec le PCR au premier tour des régionales avait été très tôt contrecarrée par l’intrigant Axel Urgin qui y voyait un danger pour la réussite de Paul Vergès, cette fois, le même va débarquer dans les bagages de Martine Aubry avec le titre de Secrétaire national aux outre-mers pour se retrouver avec lui sur la même ligne : faire gagner l’Alliance sans chercher à anticiper sur de bons résultats au 1e tour. Mais le PS avance-t-il dans ces conditions à la Réunion ?

Aimé LEBON, Bois de Nèfles Saint-Paul

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article